Roman, Service presse

Le grand vizir de la nuit, de Catherine HERMARY-VIEILLE

◊ Bonjour à tous, aujourd’hui je vais vous parler du grand vizir de la nuit de Catherine HERMARY-VIEILLE ◊

img_1925

« Seigneur, chaque homme possède en lui dès la naissance un capital d’aspiration et de rêves, toute sa vie il cherchera à le répandre, à le donner pour se recevoir lui-même en échange, se rebâtir peu à peu jusqu’à ce que l’édifice tienne et que l’heure de mourir soit venue. »

 

RÉSUMÉ : Au soir de sa vie, Ahmed se souvient. Après tant d’années, le temps est venu pour le vieux mendiant de conter l’histoire de son maître Djafar al-Barmaki, jadis condamné à la mort et à l’oubli.

Trop souvent, il est passé dans rien dire devant la dépouille du proscrit, cet homme qu’il aima passionnément. Mais qui se souvient encore, en ce milieu du IXème siècle, du grand vizir Djafar, favori du calife Haroud al-Rachid, et de sa brutale disgrâce ? On dit qu’il offensa le souverain en consommant son mariage avec la princesse Abassa. Mais cet amour méritait-il la mort ? Le calife était-il donc jaloux… de sa sœur ? Ou soucieux de soumettre l’ambitieux Djafar ?

A Bagdad, sur la grand-place des artisans, Ahmed se dresse. Dix soirs de suite, au péril de sa vie, il va ressusciter le passé de la ville d’or. Inspirée par la légende des vizirs barmakides, cette histoire d’amour et de mort aux couleurs de miniatures persane ressuscite la splendeur de l’Empire abbasside, comme le ferait un conte des Milles et une nuits.

 

 Pendant les nuits de ce mois de juillet incertain, Djafar regardait les étoiles, il me disait : « Ahmed, tout est écrit, la gloire de mon père ou sa mort et notre mort à tous. Tout est là et nous ne pouvons pas le lire. Ignorants ou aveugles, quelle différence ! Nous avons les yeux tournés à l’intérieur de nous-mêmes. »

 

Alors que dans le grand oubli du sommeil, Bagdad berçait ses songes et ses chimères, les jongleurs de mots s’endormaient, et s’endormit Ahmed au pied du mur de boue, comme un paquet oublié par le temps, dans la chaleur d’une nuit d’été qui tenait éveillés les jeunes gens de Bagdad.

 

L’homme n’est que forme vague transformée par les heures et les jours, tantôt superbe, tantôt misérable, tantôt immense et tantôt minuscule. Cela est la volonté de Dieu.

 

MON AVIS : J’ai bien aimé ce roman.

Pour être honnête, au début je n’ai pas du tout accroché. Je ne comprenais pas grand chose, du fait des grandes descriptions et des multiples personnages. Mais au fur et à mesure des pages, certains personnages ont disparu ou sont devenus beaucoup moins présent. Ce qui fait, que j’ai pu mieux m’attacher aux autres et comprendre leur histoire.

J’ai trouvé l’histoire vraiment très intéressante. Être auprès d’Ahmed, serviteur de Djafar au long du récit, m’a transporté dans tout un long voyage d’émotion. Il va nous transmettre l’amour qu’il a eu pour lui, l’admiration à son égard, ses craintes et tout ce qu’il va mettre en œuvre pour le protéger. De plus, j’ai été transporté dans ces pays arabes, qui ont une culture différente de la nôtre, notamment pour l’amour qu’ils éprouvent pour Dieu. C’est un très beau retour en arrière (par deux fois) que j’ai pu faire. Par deux fois parce que : nous allons faire un retour en arrière dans le temps en écoutant Ahmed, et un autre en étant plongé dans le récit d’Ahmed.

Je me suis beaucoup attachée à Ahmed. Je trouve que c’est un beau messager de l’amour. Être dévoué comme ça sans forcément de reconnaissance en retour. Même Djafar, beau et parfois manipulateur, qui arrive souvent à ses fins

J’ai trouvé les autres personnages intéressants, parfois complexes dans leurs décisions.

La plume de l’auteure est incroyable ! Elle m’a permis de voyager, de ressentir pleins d’émotions. J’ai également trouvé l’écriture très poétique, remplie de sagesse. D’ailleurs, c’est pour cela que j’ai mis plus de citations que d’habitude. Vous pouvez donc vous rendre compte du côté poétique de ce roman.

En résumé, je vous conseille cette lecture, très poétique et porteuse de beaux messages.

 

DIVERS : Vous trouverez ce roman dans presque toutes les librairies (je pense) ainsi que sur internet au prix de 19€. C’est un roman publié aux éditions l’Archipel, et il fait 255 pages. Sinon comme à mon habitude je vais vous mettre un lien pour que vous puissiez le commander : https://www.amazon.fr/gp/product/2809823979/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=2809823979&linkCode=as2&tag=hellobooks-21&linkId=6c85123d518ba1b9f3a4b6f4a99b3376

 

◊ J’espère que je vous ai donné envi de le lire, si vous l’avez déjà lu n’hésitez pas à me donner vos avis sur ce livre. ◊

1 réflexion au sujet de “Le grand vizir de la nuit, de Catherine HERMARY-VIEILLE”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s