Roman, Thriller

Le cinquième jour de Maud TABACHNIK

◊ Bonjour à tous, aujourd’hui je vais vous parler du roman Le cinquième jour de Maud TABACHNIK ◊

 

 img_1276

 

RÉSUMÉ : New York, Gloria, une fillette naïvement confiée par les siens à un visiteur occasionnel, disparait. Une lettre, un peu plus tard, leur détaillera sa fin abominable.

Au même moment, on découvre un jeune prostitué égorgé, amputé de ses doigts et de ses parties génitales. Cependant que le jeune Albert, déficient mental léger, fait une étrange rencontre au cours d’une promenade et disparait à son tour…

Au croisement de ces faits divers : Nichols, archiviste, père de famille, prototype du citoyen ordinaire.

Nichols, qui va entamer avec Stan Levine, le flic lancé à sa poursuite, un duel que l’auteur de la Mémoire du bourreau mène implacablement jusqu’au bout de l’horreur.

 

 

 Comment devient-on un criminel? Elle avait posé la question à Stan qui lui avait répondu qu’il y avait autant de criminels différents que d’hommes mais que tout se réduisait en fin de compte à trois choses: le sexe, le pouvoir et la vengeance.

 

 

 Il méprisait le crime quand celui-ci était accompagné d’un esprit de lucre. Le crime se suffisait à lui-même. Le crime était œuvre de Dieu. Il s’en était servi depuis la nuit des temps quand Il voulait punir, comme pour le Déluge ou à Sodome. C’était ainsi que le crime était devenu un ressort naturel et un besoin de l’être humain.

Le crime n’avait pas être justifié. De tous temps les hommes avaient tué et ils continueraient aussi longtemps que l’espèce perdurerait. Caïn avait inauguré le cycle.

 

 

 Mais mourir sans souffrir était incomplet. Lui savait parfaitement ce qu’apportait la douleur. La douleur était flamboyante, rédemptrice. Elle élevait l’homme au-dessus de sa condition de primate. Seul, de toutes les espèces, il était capable d’en ressentir la grandeur. Aucun animal ne se l’infligeait volontairement. Les hommes allaient au bûcher en chantant; les premiers chrétiens priaient pendant que les fauves les dévoraient. Partout dans le monde les hommes l’offraient à leur dieu comme ultime gage d’amour et de soumission.

 

 

MON AVIS : Très bonne lecture pour les fans de thrillers.

Vous le savez surement mais mon genre préféré est le thriller. Et cette lecture m’a presque comblé. Bon, le presque est vraiment minime mais je ne peux pas dire que cette lecture est un coup de cœur car un peu trop gore à mon goût. Je vais vous expliquer tout ça.

Pour commencer, voici un petit résumé avec mes mots pour vous expliquer le contexte : nous allons suivre Levine, policier à New York qui enquête sur plusieurs meurtres qui de prime abord non rien à voir. Et en parallèle nous allons suivre le tueur. Un homme lambda, avec un job plutôt pas mal, une famille.

Je trouve en soit l’histoire pas très originale : un policier poursuit un tueur. Ouais ok. Mais le plus ? Et bien le petit plus c’est que ce tueur en série à déjà existé (Albert Fish  /!\ Cet article est susceptible d’heurter la sensibilité de certains. /!\).

L’auteure va également donner de nombreuses précisions et détails, ce qui va rendre ce récit encore plus réaliste et par conséquent plus flippant !

Il y a deux personnages principaux : le tueur et le policier. Le policier est grossier mais avec un fond de gentillesse. Il s’implique à fond dans ces enquêtes et dès qu’il pense avoir une piste il ne va pas lâcher le morceau même si personne n’est d’accord avec lui. Et puis il y a ce tueur, ce monstre. C’est un être ignoble, il va faire des actes tellement horrible que par moment dans ma lecture j’ai été obligé de détourner ma concentration du récit sinon je vomissais, et je n’exagère rien. Je ne suis pourtant pas tellement sensible au gore, mais là c’était un peu de trop. D’où le fait que ce n’est pas un coup de cœur.

Parlons de choses plus gaies ! Le style de l’auteure est vraiment très agréable à lire. Elle donne du rythme avec une alternance de courts chapitres sur le policier et d’autres sur le tueur. De plus, elle n’emploie pas un vocabulaire compliqué mais du vocabulaire familier et courant afin que l’on rentre mieux dans le récit et que l’on se concentre sur l’histoire. Je suis également passé par pleins d’émotions, et la fin m’a clairement laissé sans voix.

En résumé, j’ai vraiment bien aimé ce roman et je le conseille vraiment aux personnes qui adorent les thrillers/policiers et qui y sont habitués. Pour ceux qui veulent découvrir le genre littéraire thriller je ne vous le conseil pas comme première lecture.

 

 

DIVERS : Ce roman est disponible sur internet essentiellement puisqu’il est sorti en 2003, je ne suis pas sûre qu’il soit encore en librairie, mais n’hésitez pas à leurs demander au cas où. Il est au prix 6,10€, donc foncez, pour un livre aussi bien, il n’est pas cher ! Sinon comme à mon habitude je vais vous mettre un lien pour que vous puissiez le commander :

https://www.amazon.fr/gp/product/2253182338/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=2253182338&linkCode=as2&tag=hellobooks-21&linkId=70e5809243a19f0ed9e4b39fdbdced21

 

◊ J’espère que je vous ai donné envi de le lire, si vous l’avez déjà lu n’hésitez pas à me donner vos avis sur ce livre. Bonne lecture ! ◊

1 réflexion au sujet de “Le cinquième jour de Maud TABACHNIK”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s