Article inédit, Autobiographie, Coup de coeur ! ❤️, Témoignage

Le ventre arraché d’Aurélie Monkam Noubissi

◊ Bonjour à tous, aujourd’hui je viens vers vous avec un article assez particulier. Je vais vous parler du livre le ventre arraché d’Aurélie Monkam Noubissi. Il s’agit du témoignage d’une mère qui vient de perdre un de ses enfants dans un massacre. Comme toutes mes chroniques je vais vous donner le résumé de son livre, mon avis personnel, ainsi que des citations et où trouver le site. Cependant, je vais également vous relatez les faits pour vous mettre dans le contexte. De même, je vais aussi vous parlez d’une association qui a été créée suite au drame, ainsi qu’une chanson pour faire passer le message « plus jamais ça !! »   ◊

 

LES FAITS :

Je vais ici vous racontez ou plutôt vous relatez les faits qui se sont produits a Grenoble (ma ville) ou plutôt à  Échirolles en ce 28 décembre 2012 au soir. Je me suis inspirée des articles du monde ainsi que du Dauphine (sur internet) je vous mettrais les liens si vous souhaitez approfondir vos recherches. Je vais également essayer de ne pas copier coller ce qui est marque sur internet mais plutôt vous écrire a ma manière les événements.

Les faits se sont déroulés le 28 septembre 2012. En trois ‘actes’ (si l’on peut dire ainsi).

Tout d’abord, il y a eu un « mauvais regard », un « regard de travers », « regard en croix » … il s’agit d’un regard avec Wilfried, le frère de Kévin, avec une bande de jeunes de Villeneuve, un quartier voisin. Il y a quelques coups et insultes, mais Wilfried s’est aussi fait ‘gazer’ au gaz lacrymogène.

Ensuite, une heure et demie plus tard, sur trois scooters arrivent la bande de Villeneuve, dans le quartier de Kévin et Sofiane. Inquiet de la querelle qui a eu avec son frère, Kévin va les voir. Cependant, il se fait giflé pour qu’il s’excuse. Encore une fois, les insultes et coups fusent.

Plus tard dans la soirée, le drame arrive et ne dure que 3 minutes. Dans un parc (Maurice-Thorez), Kévin et Sofiane ainsi que deux amis à eux rentrent chez eux quand une bande d’une dizaine de jeune (parmi eux, ceux des disputes antérieure) surgissent des buissons où ils étaient cachés.

Kévin est décédé quasiment sur le coup, blessé 8 fois par arme blanche au couteau, le coup mortel étant porté au thorax, ainsi qu’éventuellement par un tir de grenaille à la tête (c’est ce que pense les légistes). Quant à Sofiane, il est décédé le lendemain matin. Il a subit pas loin d’une trentaine de lésions par arme blanches (de différents types), il y aurait également un scooter qui lui aurait roulé dessus…

C’est une terrible histoire, et pour en démêler le vrai du faux, c’est très compliqué. Parmi les 12 interpellés, beaucoup avait des casiers judiciaires, et quasiment personne ne voulait sortir du silence…

 « Parmi la douzaine d’accusés, on peut distinguer trois catégories : ceux qui disent “je n’y étais pas”, ceux qui disent “j’y étais, mais je n’ai rien fait”, ceux qui admettent s’être battus mais nient avoir donné des coups mortels », détaille MArnaud Levy-Soussan, avocat de l’un des accusés en détention provisoire. « Ce procès s’annonce inquiétant, car comme on ne sait pas qui a fait quoi, il y a le risque de vouloir condamner tout le monde », s’inquiète MRonald Gallo, avocat d’un autre qui comparaîtra libre.

Lors d’un interrogatoire par le magistrat instructeur, l’un des assassins présumés de Kevin et Sofiane avait résumé à sa façon : « Vous me demandez quelles seraient mes réponses si on passait en revue toutes les personnes mises en examen, vous savez ce que je vais répondre. Je dirais je ne sais pas ou je ne connais pas. J’ai compris qu’il faut chercher la vérité à tout prix, mais je ne veux pas prendre ces risques-là. La vérité ne se saura jamais. »
http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/11/02/a-grenoble-le-proces-de-la-furie-adolescente_4801109_1653578.html#EY6uH5kKY8Eu8rWC.99

https://ledauphinelibere.atavist.com/proceskevinsofiane

 

RÉSUMÉ :

Le 28 septembre 2012, à Échirolles, le jeune Kévin Noubissi, un étudiant âgé de 21 ans, est sauvagement tué par une bande de jeunes de la cité voisine qu’il ne connaissait pas. Un an après, avec une force impressionnante et une grande dignité, sa mère, Aurélie Monkam, raconte le chemin intérieur qu’elle a parcouru pour faire face au meurtre de son fils ; son questionnement sur les responsabilités sociales ; sur le nécessaire investissement éducatif dans les quartiers ;  sur sa volonté de poursuivre son travail de pédiatre. Portée par cet engagement professionnel et par une foie profonde, elle dit, dans ce témoignage bouleversant, comment elle garde espoir pour l’avenir.

 

A travers ces lignes qui retracent les premiers temps de mon deuil, j’ai voulu partager mon chagrin, dire ce qu’il a fait germer en moi et proclamer haut et fort que la violence, la mort n’auront pas le dernier mot. Car la petite espérance qui habite chacun de nous est germe de fraternité. Oui, la vie est toujours plus forte que la mort.

 

 Comment expliquer ce qui est arrivé ? comment comprendre ce qui a pu se passer dans la tête des agresseurs, aussi jeunes que nos enfants décédés ? ils ont tué comme si c’était un jeu – un jeu collectif-, un jeu pervers, où les frontières du réel et du virtuel se confondent, comme s’ils se trouvaient dans un jeu vidéo où l’on peut « rejouer » ou dans un film où l’on peut rembobiner. En quelques minutes, ils ont mis fin à deux vies. Quel état d’esprit les anime ? Quel est la valeur d’une vie humaine à leurs yeux ?

 

 Je refuse cette violence, cette barbarie. Je sais qu’il est possible de la contrer. Je veux y croire.

 

MON AVIS :

 Remettons tout d’abord les choses dans son contexte. Aurélie Monkam était ma pédiatre, nous étions quand même proches. De plus, cela s’est produit près de chez moi, ce qui m’a bouleversé. Nous avons donc acheté avec ma maman son livre. Je l’ai lu, 4 ans après, et je vais vous donner mon avis.

Je ne suis pas trop ‘témoignage’. Pourtant je me suis dis pourquoi pas ! Et franchement je ne suis pas déçue. Tout d’abord, l’écriture est tellement fluide, simple, comme si nous étions en pleine discussion avec elle. C’est un témoignage vraiment bien structuré qui ne part pas dans tous les sens, on s’y retrouve. Il y a des chapitres, et quand ils sont trop long, ils sont coupés en plusieurs partie ; cela rend la lecture plus souple. De plus, ses paroles sont touchantes, elle ne prône pas la violence. Je m’explique, elle dit par moment n’avoir pas pensé à prier pour les agresseurs, pourquoi prierait-on pour les assassins de notre fils ? Elle prend toutes les choses avec force, respect et foi. Elle est croyante (christianisme), et Dieu, l’aide à surmonter cela. Elle nous décrit ce qu’elle vit et ce qu’elle ressent d’avoir perdu la chair de sa chair, j’en ai eu les larmes aux yeux tout le long. Ce qui m’a le plus touchée, c’est qu’elle ne prône pas la violence, et qu’elle a une sagesse juste magnifique !!! J’admire ce médecin, et je la soutiens ainsi que toute sa famille dans cette épreuve qui doit encore être dure.

 

UNE CHANSON:

Vous avez sans doute déjà entendu parler de la chanson de Calogero ‘plus jamais ça’, les paroles vous ont peut-être choqués, perturbés, où vous n’y avez tout simplement pas écoutés les paroles. Faites le, au moins une fois. Vous y verrez un message, bien plus qu’une musique. Je vous mets le lien Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=RwqV8ymn3_4


UNE ASSOCIATION :

Ils ont créés une association pour aider les jeunes de quartier défavorisé scolairement, afin qu’ils aient un soutien quotidien, qu’ils puissent avoir des qualifications, mais surtout pour ne pas qu’ils tombent dans le schéma « suiveurs-meneurs » qui peut-être mortel. Je ne sais pas trop de choses sur cette association à part cela.

 

DIVERS :

Cette fois, je ne vais pas vous donner le prix ni le lien. En effet, je ne veux pas ‘faire de la pub’ vous trouverez les infos nécessaire grâce à la photo. J’ai écrit cet article avant tout pour moi, pour en parler. Après n’hésitez pas à me dire si vous voulez des informations comme le prix etc. j’y répondrais sans mal.

2 réflexions au sujet de “Le ventre arraché d’Aurélie Monkam Noubissi”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s